05.07 2017

Carrefour cède 10% de sa filiale brésilienne à abilio diniz

Cabinet recrutement
Photo Carrefour cède 10% de sa filiale brésilienne à Abilio Diniz

Le retour sur le marché de la grande distribution

Fin 2014, Peninsula, une société de capital-risque fondée par la famille Diniz, rend publique l'acquisition de 10% du capital de la filiale brésilienne de Carrefour. Au printemps 2013, Abilio Diniz (Lefigaro) prend la tête du conseil d’administration de BRF (Brasil Foods), un géant de l'agroalimentaire. La société d'investissement double sa participation dans le capital de Carrefour France. Avec 5,07% du capital, elle devient le 4e actionnaire du géant de la distribution. Abilio Diniz s'occupe de Brasil Foods et cherche de nouvelles possibilités d’investissement depuis son retrait du groupe Pão de Açúcar.

Le groupe Casino prend le contrôle de GPA, Abilio Diniz laisse son groupe

L'alliance de GPA avec Carrefour Brésil rate en raison de l'opposition du patron du groupe Casino et du recul de la Banque Brésilienne de Développement. Abilio Diniz revend un milliard de dollars d’actions au groupe Casino et promet de concéder la tête de son groupe sept années plus tard à Jean-Charles Naouri, le PDG de Casino. Le groupe Casino contrôle Grupo Pão de Açúcar à partir de juin 2012. C’est le divorce et l'année suivante le départ d’Abilio Diniz du conseil d’administration.

De la petite boulangerie au à la première grande surface Grupo Pão de Açúcar

La boulangerie du père d’Abilio Diniz est à l’origine de GPA, Grupo Pão de Açúcar. En 1959, le jeune homme ouvre la toute 1ère grande surface du Grupo Pão de Açúcar. Une dizaine d’années plus tard, le groupe Pão de Açúcar totalisait 1 400 employés travaillant dans 40 supermarchés. C'est sur une artère fréquentée de la ville de São Paulo que son père ouvre sa toute première boulangerie. Le secteur du commerce trouvera son avenir dans les supermarchés et le libre service, voilà l'opinion du père d'Abilio Diniz à la fin des années 50.

Un chef d'entreprise qui a traversé les difficultés

Abilio Diniz ouvre GPA aux investisseurs en 1995. L'homme d'affaires entame alors une période d’acquisitions qui fera de GPA le n°1 de la distribution dans le pays. Le le groupe de cet entrepreneur rencontre de graves complications financières au cours des années 90, alors que le pays connait une sérieuse crise économique. Au cours de l'élection présidentielle de 1989, il est kidnappé par un groupuscule "d’extrême gauche". Libéré au bout d'une semaine, il sera traumatisé à jamais par cette expérience. Abilio Diniz participe au Conseil Monétaire brésilien à la fin de la décennie 80, en pleine période de folle inflation.